KikouBlog de freddo90 - Janvier 2013
freddo90

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Archives Janvier 2013

En attendant le prochain palier...

Par freddo90 - 28-01-2013 19:17:34 - 2 commentaires

Bon, ça y est, pour la 1ère fois depuis mon accident, je commence à trouver le temps long. Il faut dire que jusque-là, j'avais eu des évènements permettant une progression régulière : 

- les agrafes qui sautent et me permettent de refaire de l'exercice le 20 décembre

- l'autorisation de reposer le pied au sol, en appui partiel au 9 janvier

Depuis, j'ai regagné côté muscles de la cuisse, amplitude de mouvement du genou (quasiment comme avant) et amplitude au niveau de la cheville. 

Sauf que c'est sur ce dernier point que ça bloque. En flexion dorsale, l'amplitude reste limitée, ce qui me gêne à la fin du déroulé lors de mes pas. Et je ressens aussi cette gêne lorsque je fais des exercices d'exension du pied pour re-muscler le mollet, ça coince. 

En fait, c'est sur l'avant de la cheville qu'il y a un souci. D'ailleurs mon kine me l'a confirmé, au maximum de l'amplitude en flexion dorsale le tendon d'Achille n'est pas étiré au maximum, donc ce n'est pas lui qui me gêne. Les fautives semblent donc être les vis qui tiennent le clou en bas, et qui sont vraiment juste au-dessus de la cheville. 

Du coup, j'ai l'impression de ne plus progresser, sur cette souplesse de la cheville et aussi sur la charge au niveau de la jambe. Je pense que je pourrais commencer à essayer de remarcher presque sans béquilles, mon kiné pense que je pourrais prendre l'appui total lui aussi. Mais le spécialiste a dit seulement la moitié du poids, alors je ronge mon frein, ce serait bête de gâcher un mois et demi de convalescence pour essayer de gagner une semaine. Mais c'est dur...

Voilà, j'attends donc maintenant avec impatience le prochain rendez-vous chez l'orthopédiste, et surtout la date pour l'opération d'ablation des vis inférieures, en espérant que l'amplitude manquante vienne ensuite rapidement !

Voir les 2 commentaires

Un bout d'indépendance enfoui sous la neige...

Par freddo90 - 21-01-2013 18:53:58 - 4 commentaires

Déjà un mois et demi depuis mon accident et l'opération, me voici à la moitié de ma période théorique de convalescence et de mes trois mois d'arrêt. Le fait de pouvoir poser le pied m'a permis de faire des progrès ces derniers temps : en me forçant à bien faire le déroulé du pied, j'oblige ma cheville à un peu plus de souplesse. Même si en flexion je n'ai pas tout récupéré, pour la 1ère fois depuis un moment j'ai fait des progrès et gagné un peu d'amplitude. 

Même constat au niveau du genou, l'impression de "flottement" disparait peu à peu, je le sens mieux tenu, même s'il fait un peu que je le chauffe avant de faire des exercices, car les douleurs liées au tendon rotulien sont toujours un peu présentes. Voici d'ailleurs les 2 jambes pour comparaison, l'appareil a accentué un côté violacé sur la jambe blessée. Côté cuisse, je regagne petit à petit, par contre au niveau du mollet, il y a encore du boulot...

 

J'avais même enfin pu faire ma 1ère "sortie", 1h avec les cannes à marcher pour prendre l'air, ma 1ère marche plus longue que mes 300m pour aller au kiné depuis décembre ! Au retour, la cheville sera un peu douloureuse, à cause de l'amplitude imposée lors de la fin du déroulé du pied, et surtout les mains, il me fallait vraiment des gants de vélo rembourrés sur la paume, et non de simples gants pour le froid...

Mais voilà, l'arrivée de la neige a mis un terme à ce bout de liberté. J'en suis doublement frustré : plus de sortie, et en plus je ne peux pas profiter de la neige cette année, pas de raquettes ni rien ! J'avoue avoir tout de même réfléchi à sortir quand même, après tout j'ai 4 appuis, enfin 3.5 avec l'appui limité de la jambe droite... mais non, j'ai besoin de mes 3 membres restants, une pauvre blessure au poignet et il ne me resterait plus que le fauteuil roulant pour bouger si je ne peux plus tenir mes cannes !

C'est dommage, j'avais retrouvé un peu d'indépendance, comme aller au kiné tout seul, faire un saut au supermarche à côté, bah fini. Bon, limite avec le verglas qui se cache sous la neige d'hier et d'aujourd'hui, j'en ai moins de regrets, ce n'est franchement pas jouable !

 

Voilà, bon par frustration j'utilise mon haltère et maintenant aussi des élastiques, pour varier un peu les séances de renforcement. Je m'amuse aussi pas mal avec l'électrostimulateur que je viens de recevoir, pour re-muscler en douceur le mollet, et faire disparaitre les douleurs à la cheville après l'exercice. J'en ai parlé à mon kiné, qui m'a expliqué qu'avec les 2 vis juste au dessus, c'était normal. D'ailleurs il m'a fait découvrir que je pouvais sentir le bourrelet sous la peau lié aux têtes de vis, brrr...

Allez, après la neige, ce sera le beau temps et les sorties de nouveau ;-)

A+ 

Fred

 

PS : édition pour ajout d'une photo de l'état actuel ;-)

Voir les 4 commentaires

L'appui du pied, 1ère phase...

Par freddo90 - 11-01-2013 18:29:18 - 2 commentaires

Salut, 

et bien ça y est, déjà un un peu plus d'un mois après l'accident, et 1ère étape, le passage chez l'orthopédiste pour avis sur la radio de contrôle. Avis positif, ça se ressoude, le spécialiste trouve même que côté péroné, le cale osseux n'est pas si mal. 

Résultat, je suis autorisé à reprendre l'appui sur ma jambe droite, mais de manière ordonnée : tout d'abord 15-20kg de charge, puis on augmente de 5kg par semaine pour arriver à la moitié de mon poids, soit 35kg, dans un mois. C'est une bonne nouvelle, reprendre l'appui va me permettre de bien mieux retravailler la souplesse de la cheville, et la musculature autour du genou. Et puis cela me libère aussi de la peur d'un appui accidentel qui ruinerait la consolidation déjà effectuée. 

Je vais aussi pouvoir passer à d'autres exercices de musculation avec mes bandes élastiques. Comme dit, le genou reste douloureux, par manque de guidage musculaire j'ai l'impression, mais certainement aussi des suites de l'opération, le tendon rotulien déplacé pour l'insertion du clou par exemple. Il y a aussi le mollet qu'il va falloir remuscler, car lui n'a rien fait depuis plus d'un mois et l'interdiction d'appui. Enfin, je vais aussi pouvoir pousser un peu plus loin les exercices d'assouplissement du tendon d'achille. 

Bon par contre, seulement la moitié de mon poids en appui 2 mois après l'accident... ça veut dire que les 3 mois d'arrêt prescrits pour remarcher correctement ne seront pas de trop, j'avoue avoir espéré être remis un poil plus rapidement, mais non, il faudrait continuer à être patient. 

 

Pour la suite, et bien j'ai déjà mes rendez-vous pour le mois prochain : nouvelle radio de contrôle, nouvelle visite chez le spécialiste. Et à la suite de celui-ci, si le tibia s'est bien consolidé, on va sûrement m'enlever les 2 vis inférieures du clou, celles proches de la cheville. Le but est que la rigidité du clou n'interfère pas avec la flexibilité naturelle du tibia. Le clou restera donc "suspendu" dans le tibia, via les vis sous le genou, mais ne servira plus de tuteur. 

Même si je n'étais pas préparé à cette nouvelle intervention, je la prends aussi comme une bonne nouvelle : ma peur était d'avoir un souci côté cheville pendant ma période avec la quincaillerie, et une entorse avec les vis juste au-dessus de la cheville aurait certainement été compliquée à gérer, en gros je n'avais plus de joker. Bon je ne compte pas pratiquer d'activité à "risques" pour ma jambe en 2013, mais enfin c'est un épée de Damoclès qui disparait, et si ça se trouve je pourrai trottiner un peu cette année Cool

Voilà, quelques nouvelles quand j'aurais fait quelques séances un peu plus hard que l'électrostimulation chez le kiné. 

Fred

PS : pour les curieux, une belle vidéo ( la 1ère ) sur ce genre de fracture dans cet article http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-double-fracture-tibia-perone-la-jambe-brisee-197.asp?1=1&IdBloc=Tout# 

Mais gaffe, vers 3min30sec ça devient limite avec la vue du genou ouvert pour l'insertion du clou Surpris

Voir les 2 commentaires

Fractures et agrafes...

Par freddo90 - 07-01-2013 12:29:26 - 2 commentaires

Bon après les points communs avec tous ceux se déplaçant avec des cannes suite à une blessure, j'ai essayé de faire le point sur les différences. 

Au niveau de la fracture, celle-ci ne m'aura fait souffrir que le soir, une fois au lit. Cela correspondra d'ailleurs à mon usage des anti-douleurs, rien en journée, ou le fait d'être un minimum occupé suffit à faire oublier la douleur. Par contre au moment d'aller se coucher, dose maxi, au début pour contrer la douleur, mais aussi l'inconfort de ne pouvoir dormir que sur le dos, un coussin sous le genou. Mon médecin finira d'ailleurs par m'autoriser le double de dose, car en général au bout de 5-6h la douleur se réveillait et faisait que je reprenais un cachet. 

Un mois après l'opération, je passe mes premières nuits sans aucun médicament, plus de douleur, et surtout le minimum de souplesse retrouvée pour pouvoir dormir dans toutes les positions ou presque. Je me rends compte aussi que je n'aurais jamais rien ressenti au niveau de la fracture du péroné, que ce soit au moment de l'accident ou pendant ma convalescence. 

 

Par contre, ce qui m'aura pas mal gêné, ce sont les agrafes, notamment celles vers la cheville et la rangée sur le genou devant la rotule. En plus de se rappeler à mon souvenir à chaque mouvement un peu trop ample, elles nécessitaient un nouveau pansement tous les 2 jours, et donc un soin infirmier à domicile... le matin, parfois tôt. 

C'est peut être bête, mais à ma sortie d'hôpital le bilan niveau sommeil en était à 2 nuits blanches (la nuit de la Saintélyon + le lendemain de l'opération), et le reste des nuits pas vraiment fameux. Au retour à la maison, les nuits restaient entrecoupées de réveils, et généralement l'infirmière passait pour le pansement ou la piqûre anti-phlébite au moment ou l'anti-douleur pris à 5-6h du matin faisait son effet, le tout entretenant un état de fatigue.

Bref, l'ablation des agrafes au bout de 20 jours fut une vrai libération : au niveau des soins, il ne restait plus que la piqûre anti-phlébite, et celle-ci se faisant en intra-musculaire, je me suis vite décidé à me piquer le bide tout seul, pour être maître de mon emploi du temps matinal. Celà m'a permis d'allonger les nuits par les grasses matinées, et récupérer un peu. Après ces agrafes résultant de l'insertion du clou font aussi que j'ai pu me passer de plâtre, ce qui fut tout de même un gros avantage je pense, en terme de mobilité du genou et de la cheville, et de facilité pour se doucher. 

En plus du sommeil, la disparition des agrafes m'a aussi permis de reprendre l'exercice physique, histoire de ne pas me retrouver avec 10 kg supplémentaires à la fin de ma convalescence. D'ailleurs pour l'instant le bilan n'est pas mauvais, 2.5kg de perdu depuis un mois, je comprends pas trop mais je prends Langue tirée

Donc depuis le 20 décembre, c'est 20 à 50 min d'exercice le matin 3 à 4 fois par semaine, les jours où je ne vais pas au kiné, qui lui travaille en douceur au niveau du mollet via électrostimulation. Une vingtaine de minutes pour la cuisse et le fessier à droite ainsi que quelques abdos et autres exercices de liaison autour du bassin, et encore 20 min pour la partie supérieur, dont le dos. Finalement, les années de salles de fitness et de muscu m'auront bien servi, pour connaître des exercices faciles à faire au sol, sans avoir besoin de matériel pour la partie inférieure, et pour pouvoir travailler la partie supérieure avec juste une haltère.

 

Voilà, un mois après l'accident le bilan n'est pas mauvais côté musculation de la cuisse, l'amplitude de mouvement du genou est bonne. Les points à travailler avec l'autorisation du médecin vont être l'amplitude de mouvement de la cheville, et re-muscler le mollet. Plus de nouvelles dans 2 jours après ma visite chez l'orthopédiste Clin d'œil

A bientôt.

Fred 

Voir les 2 commentaires

Comme les autres à une jambe...

Par freddo90 - 04-01-2013 18:52:28 - 11 commentaires

Suite à ma fracture du tibia et du péroné pendant la Saintélyon, j'avais envie de donner des nouvelles, partager l'expérience de la récupération après une blessure de ce type, mais sans squatte le post des blessés ou de la Saintélyon 2012. Alors j'ai fini par demander la création d'un blog, et voilà Sourire

Après la sortie de l'hôpital, le premier changement aura tout bêtement été l'apprentissage de la vie avec les cannes anglaises, expérience nouvelle pour moi. J'ai donc, comme toutes les victimes d'entorses ou autres, découvert les désagréments de celles-ci. 

Le plus handicapant, finalement ce n'est pas la vitesse de déplacement réduite. Bien sûr on ne part pas faire des km, mais on s'habitue, on s'organise. Les escaliers, c'est déjà plus ennuyeux, enfin pour moi surtout à cause du stress d'un déséquilibre qui m'obligerait à m'appuyer fortement sur ma jambe blessée, plus qu'à cause de l'effort physique. 

Non finalement le plus chiant avec ces cannes, c'est qu'une fois prise en main... ben on ne peut plus rien en faire de ses mains justement. Ouais je sais, c'est trivial, mais je n'avais jamais réalisé avant de me retrouver dans cette situation. Impossible d'emmener une assiette de la cuisine à la salle à manger, et donc d'aider à mettre ou débarasser la table, de déplacer le moindre objet un peu encombrant, c'est vraiment cela qui m'aura fait me sentir "diminué" pendant ma convalescence. Bien sûr avec un sac à dos on peut faire quelques trucs, pour ma part j'ai ressorti mon gilet de rando sans manche version pêcheur avec de multiples poches, dont une grande dans le dos, mais ça ne compense pas tout. 

Voilà pour ce premier billet, j'ai du retard depuis un mois, la suite pour bientôt Clin d'œil

Fred

Voir les 11 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.16 - 61137 visites